11/09/2005

 Fraîcheurs...

Infinis

Il est tant de pays que j’ n’ai jamais vus

Tant d’hommes et de femmes que je n’ai pas croisés

Il est tant d’aubes claires que déjà j’ai perdues

Tant de nuits étoilées que je n’ai explorées

Il est tant d’émotions que je n’ai éprouvées

Tant de mots d’amitiés qui me restent étrangers

Il est tant de baisers que je n’ai pas donnés

Et tant de mains tendues que je n’ai pas serrées

Ma vie me semble infime en ce lieu à cette heure

Quel est donc ce vertige qui tout à coup me prend

Cet étau qui se serre cette indicible peur

Qui envahit l’espace et dévore le temps

Je rêve encore souvent de paix et de bonheur

Est-il un peu trop tôt est-il un peu trop tard

Qu’importe… Ton sourire s’est posé sur mon cœur

Comme un bel échassier à l’onde venu boire

Régine 

Des mots qui me désaltèrent, je les ressors de leur cachette quelquefois pour calmer ma soif.






14:33 Écrit par aimable | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

super Vanessa

Écrit par : tonton ravachol | 11/09/2005

Ce texte est superbe... je m'y retrouve , voila autant de questions que je me pose , pas toujours simple de trouver une réponse à tout , je voudrais tellement pourtant.

Écrit par : baby | 15/09/2005

Les commentaires sont fermés.